Chroniques 2021

Formule 1 : Saison 2021, c’est la rentrée !

La Formule 1 est de retour ,  F1 niouses fête ses 24 ans et pour l’occasion s’est offert une nouvelle livrée, sa troisième mue. Le bleu et le jaune sont les couleurs d’origine qu’arborait le site de 1998 comme en témoigne ce vieux logo pixelisé ressorti pour l’occasion. Un clin d’œil aux vieux chroniqueurs disparus de la circulation qui ont fait les grandes heures de ce site, à l’époque ou les gens prenaient encore le temps de lire… et de rire.
Pourtant, à la lecture des patronymes  qui orneront la grille 2021, on a l’impression d’avoir rajeuni de 20 ans. En effet, en 2001 s’alignait déjà un Schumacher (désormais végétal ) et un certain Fernando Alonso (le même ! )

Depuis le dimanche 13 décembre 2020, les pilotes de f1, comme Clara Morgane , n’ont plus branlé grand-chose exceptés les 3 jours d’essais qui se sont tenus à Sakir et dont on ne peut absolument tirer aucun enseignement. Pourtant nos petits serviteurs vont devoir renfiler leurs combinaisons dés le weekend prochain afin d’animer nos repos dominicaux. Et mon vieil instinct de Cheufff me fait dire que nous nous apprêtons à vivre une saison palpitante à plus d’un titre. 

Tour de piste.

 
#44 Lewis Hamilton / #77 Valteri Bottas
 
Les champions du monde ne changent pas une équipe qui gagne, même si le finlandais va très certainement subir une domination sans partage de la part de son sextuple champion de coéquipier. Le seul espoir de Bottas serait que Lewis connaisse de nombreuses mésaventures mécaniques pour espérer accrocher un titre à son palmarès, à l’image de Rosberg en 2016 qui avait été pourtant outrageusement dominé les 3 années précédentes.
Pour son talent indiscutable : Avantage Lewis.

#33 Max Verstappen / #11 Sergio Perez

L’an passé, le fabriquant de limonade a conforté sa position de 2ème force dans la hiérarchie en offrant à son pilote fétiche une monoplace capable d’arracher certaines victoires.
La Rb16b est une évolution de la monoplace de l’an passé et pourrait permettre au hollandais violent de jouer aux avant posts s’il ne réitère pas les erreurs commises trop souvent par excès de confiance.
Pour la première fois, il aura un coéquipier mexicain qui pourrait le transformer en sombre héros, un duel qui sera intéressant d’observer une fois Perez en phase avec sa machine.
Pour sa pointe de vitesse : Avantage Max.


#3 Daniel Ricciardo / #4 Lando Norris

En terminant la saison à la 3ème place des constructeurs, Mc Laren a signé un retour aux avant post après de longues années de disette. Le Kangourou australien, qui attaquera sa 11ème saison, a quitté les jaunes pour rebondir au volant d’une McLaren désormais équipée d’un bloc Mercedes. Le plus embarrassant, c’est toujours de le  voir picoler dans ses pompes après y avoir transpiré pendant 2 heures lorsqu’il monte sur la boîte…
Il fera équipe avec Lando Norris qui a fait sensation l’an passé en finissant 13 fois dans les points sur 17 courses. Un duo de pilotes que dix années séparent mais qui devrait venir jouer les trouble fêtes et réussir a se créer de nombreuses occasions.
Pour sa vélocité : Avantage Ricciardo.


#5 Sebastien Vettel / #18 Lance Stroll

Les lecteurs les plus fidèles savent que j’ai passé les dernières années à taper sur Vettel avec un clavier des plus aiguisés. Je l’ai quasiment autant détruit que cet usurpateur de titres qu’était Schumacher. Mais je dois dire que j’ai eut beaucoup d’empathie à son égard lors de la saison 2020.
Le voir passer du statut d’homme providentiel en 2015 au statut de  bon pour la casse aux yeux de Ferrari l’a fait remonté dans mon estime par l’ascenseur, et renforcé tout le mal que je pense de cette équipe de losers qu’est Ferraillerie.
La page est tournée, il entame le 3ème défi de sa carrière en pariant sur le projet Aston Martin, [ma marque auto préférée soit écrit en passant]. Néanmoins je vois une ombre au tableau vert, l’allemand sera associé au fils du patron.
Et un fils Stroll qui prendrait le dessus sur un quadruple champion du monde, ça servirait le premier mais ternirait définitivement les 4 étoiles du casque de Vettel. La politique comptera au moins autant que la mécanique.
Pour son expérience : Avantage Vettel.


#14 Fernando Alonso / #31 Esteban Ocon

Dans l’histoire de la Formule 1, aucun pilote n’a fait son retour en obtenant des résultats. Pour la vachette espagnole, les résultats ne sont jamais tombés chez Ferrari, ni chez Mc Laren (2 fois) ni chez Renault lorsqu’il y avait fait son retour.  Pour tout dire je ne comprends même pas comment une équipe de F1 peut signer un contrat avec un type de 40 ans dont le dernier tire remonte à 15 ans avec des voitures limite en noir et blanc !
Et comme avant, Zozo va encore prétendre jouer le titre, déclarer qu’il dispose de la meilleure voiture qu’il n’ait jamais eut entre les mains et se confondre dans des déclarations déjà prémâchées. La saison va être longue et la concurrence en interne difficile à mettre en œuvre pour le pilote français (et sosie de Jordan Bardella) qui va devoir jouer les porteurs d’eau pour la racaille espagnole.
Pour son statut de Diva : Avantage Alonso.


#16 Charles Leclerc / #55 Carlos Sainz

En terminant à la 6ème place du championnat l’an passé, la Scuderia Ferrari a connu sa pire saison en Formule 1 depuis 1980 où elle avait terminé à la dixième place du championnat constructeurs.
La starlette Monégasque de 23 ans va refaire pour une 3ème année avec l’écurie italienne le rêve chimérique qui anime les pilotes en rouge depuis 2007 … devenir champion du monde.
Laurent Mekies, le nouveau directeur sportif de Ferraillerie a déjà donné la feuille de route lors de ces premières déclarations en expliquant  que battre les équipes du peloton était un objectif déjà très ambitieux. Voilà qui donne le ton.
Je vous passe le couplet sur le 2ème pilote, l’étable de Maranello ayant l’habitude de parier sur un seul canasson, gageons que Sainz sera relayé au rang de porteur d’eau comme le sont tous les 2èmes pilotes depuis l’ère Todt
Pour son statut de Diva : Avantage Leclerc.


10#Pierre Gasly / 22#Yuki Tsunoda

Depuis 2007 j’étais un fervent supporter de Lewis. Mon casque de Karting est une réplique de celui qu’il possédait en 2018, c’est peu dire. Mais ses conneries racialistes à coup de Black Live Matter m’ont saoulé cette année et m’ont donné l’occasion de regarder d’un peu plus prêt d’autres pilotes. Et s’il en est un qui m’a vraiment bluffé c’est bien Pierre Gasly. Je l’ai trouvé flamboyant toute l’année. Entendre la marseillaise à Monza fut l’acmé de son parcours 2020. Il est à mon sens le meilleur des français alignés sur la grille depuis Alain Prost et aura toutes mes attentions pour cette nouvelle saison. Cocorico !
Du haut de son mètre 59, Yuki Tsunoda et son kit de pédales spéciales sera son voisin de garage. Le rookie japonnais âgé de 20 ans sera le plus jeune pilote de la grille. Vainqueur du GP de Belgique, à Silverstone et au Bahreïn et 3ème du championnat GP2, le jeune japonnais sera la mascotte du 10 octobre 2021, date à laquelle il courra à Suzuka, sur ses terres, et avec un moteur Honda dans le dos! Tsunoda aurait pu être champion de F2 l’an dernier s’il n’avait pas connu ses problèmes techniques à répétition. Il sera sans aucun doute le meilleur rookie du millésime 2021.
Pour sa combativité, avantage Gasly.


#7 Kimi Raïkkönen / #99 Antonio Giovinazzi

Vice Champion 2003 et 2005 avec Mc Laren, champion en 2007 avec Ferraillerie, IceMan est entré en F1 il y a 20 ans avec l’écurie suisse Sauber. Détenteur du plus grand nombre de départs en Formule 1, auteur d’une des plus belles remontées sous la pluie [de 16ème à 6ème en un tour] Kimi Räikkönen a encore démontré toute sa vélocité en signant un début de course renversant dans le Grand Prix du Portugal 2020 ! Il fait partie du paysage et personne n’a envie de le voir quitter la catégorie reine.
À la surprise générale, Antonio Giovinazzi a été conservé dans l’équipe et va entamer à 27 ans sa 3e saison pleine en F1. Le pilote italien de l’académie Ferrari ne parvient pourtant pas à confirmer les espoirs placés en lui avec seulement 4 points au compteur en 2020. Selon les infos du tabloïd The Sun, Giovinazzi émarge à 750.000€ par an une rémunération encore loin de son équipier qui dispose d’un contrat à 4M€/an, le patron est lucide.
Pour son expérience, avantage Iceman.


 

#63 George Russell / #6 Nicholas Latifi

La dernière victoire de l’équipe flanquée du S de Senna remonte au gp du brésil 2004 lorsque le talentueux Roi Pablo Montoya officiait pour l’équipe de Sir Franck.  15 années de disette pour une des équipes les plus titrées de la formulqu’une, ça commence à faire long, très long. L’équipe Williams a été officiellement vendue à Dorilton Capital Management LLC et Claire Williams a été remerciée. Les caisses désormais renflouée, espérons que leurs caisses vont pouvoir avancer.

La Russel mania à laquelle nous avons assisté lors du Gp de Sépang lowcoast et ses 4 virages a été, vue de mon clavier, insupportable. Je ne sais pas d’où vient cette propension des fans de F1 a se fabriquer des nouvelles stars alors qu’ elles n’ont encore rien prouvé. Le dépassement sur Bottas ? Sérieux il y en a qui sont encore la dessus ? Bottas en pneus durs usés et Russel en tendres tout neufs ça ne vous suffit pas comme explication ?
Je vais vous faire une confidence, Russel est tellement doué que Mercedes a préféré rempiler avec un pilote à 40 millions par an plutôt que de le glisser dans le baquet de leur monoplace.
Latifi ? Je n’en sais rien moi … il est incolore, inodore et insipide ce garçon! Je rajoute antalgique même ! Que peut on en dire mis à part le fait que sa simple présence sert à renflouer les emprunts de williams et participe à nous faire croire que Russel est un futur champion du monde en puissance?
Pour sa connaissance de l’équipe, avantage Russel.


#9 Nikita Mazepin / #47 Mick Schumacher 

Haas fait partie des ces étables qui n’ont rien à foutre dans la catégorie reine si ce n’est pour jouer le titre de l’autre championnat. Désormais débarrassée de Grosjean et Magnussen qui ont passé leurs années en fond de grille, l’équipe a décidé de confier ses monoplaces à 2 rookies.

En amenant quelques 20 millions d’euros par an grâce à son richissime paternel, le premier d’entre eux, le Russe Mazepin, permet à l’écurie américaine de passer 2021 à l’abri du besoin et, accessoirement, de renflouer sa trésorerie. Il ne doit son arrivée en F1 qu’aux valises de dollars qu’il apporte avec lui, la ploutocratie dans toute sa splendeur.
Le 2ème ne doit son arrivée en F1 qu’à son patronyme. L’héritier du nom Schumacher a d’ailleurs insisté pour que le diminutif de son nom soit MSC au lieu de SCH. A l’époque le MSC était attribué à son père pour éviter la confusion avec son propre frère Ralf. La FIA a déjà répondu positivement à ce premier traitement de faveur.
Non, le fils du pilote le plus antisportif de l’histoire n’est pas le super génie qui a tout écrasé dans les catégories précédentes comme l’avait fait Lewis en f3 euroséries, F3, GP2 dés la première année.
Pire, le fils schumi n’a jamais rien réussi sans redoubler . En 2015, il se classe dixième du championnat ADAC Formel 4. Il redouble en 2016 et finit 2ème au championnat . En 2017 il entre en formule 3 et termine douzième du classement des pilotes, la moins bonne place pour un pilote Prema. Il lui faudra une deuxième année au volant de la meilleure monoplace de formule 3 avant d être sacré.
Autre catégorie, même histoire. En 2019 il entre en formule 2 et termine à une piètre douzième place au championnat. Il lui faudra une fois de plus une deuxième année (et une série d’emmerdes incroyables pour son coéquipier qui le dominait sur les 2 premiers tiers de la saison) pour être titré sur un concours de circonstance lors du dernier week-end . En réalité, son arrivée en F1 me rappelle celle de Bruno Senna, ou celle de Nelsinho Piquet, des grands noms, du bruit médiatique, des grands espoirs pour les fanatiques en mal de nouvelles stars et finalement des résultats insignifiants.
En somme, pas grand-chose à attendre d’une équipe qui affiche 2 rookies arrivés sur le plateau de la F1 pour d’autres raisons que le talent qui plus est au volant d une monoplace à peine digne du GP2.

 


Rendez vous pris pour le débriefing du premier grand prix de la saison, et même si Bahreïn rime avec Champagne, c’est bien au jus de fruit pétillant que les pilotes du podium fêteront leur premier podium.

Excellente saison à nos fidèles lecteurs.

L’cheufff – ©Niousis International –

Commentaires
Partagez !